Caffeine et taurine

CAFFEINE et TAURINE, un cocktail aux vertus inattendues.

Par Thibaut LAYATDiététicien du Sport – Formateur et animateur de conférences - layat.thibaut@orange.fr

Très souvent utilisés en association en pré training et durant l’effort, ces deux nutriments sont généralement consommés pour lutter contre la fatigue par de nombreux sportifs.

Mais contre toutes attentes, la caféine et la taurine en particulier, ont des propriétés bien spécifiques étendant leur utilisation en dehors du contexte de l’activité physique !

Attardons-nous donc plus en détail sur les propriétés spécifiques de ces deux substances.

La Taurine tout d’abord.

Souvent controversée ou incriminée, en particulier dans les energy drink, aucunes études n’a prouvé un quelconque danger ou une réelle toxicité à sa consommation.

La taurine est un dérivé d’acide aminé soufré synthétisé naturellement par le foie à partir de la cystéine. On la retrouve essentiellement dans le muscle cardiaque et squelettique ainsi que dans l’intestin grêle, le cerveau et la rétine. A priori sa synthèse endogène répond largement aux besoins de l’organisme mais il faut savoir qu’aux âges extrêmes de la vie et lors des périodes de stress ou d’activité physique intense, cette synthèse ne peut plus faire face aux besoins du corps.

La taurine est une molécule ubiquitaire. C’est à dire qu’elle joue de nombreux rôles et a de multiples fonctions importantes au sein de notre organisme.

Elle est en effet essentielle à la digestion des lipides puisqu’elle participe à la synthèse des sels biliaires. Elle neutralise les Xénobiotiques (médicaments) au niveau hépatique et limite ainsi leur toxicité. Elle permet aussi de réduire l’action délétère des toxines produites par le métabolisme énergétique lors de l’effort physique sur le foie.

Ainsi son utilisation sera conseillée à la suite d’un traitement médical ou en période d’excès alimentaires comme c’est souvent le cas lors des fêtes de fin d’année. Son association à la caféine prend alors tout son sens puisque se sont souvent des périodes (convalescence et fêtes) où la fatigue se fait ressentir. Rappelons aussi que lorsque l’apport protidique est plus important, l’utilisation de taurine favorise alors l’élimination des déchets produits par ces derniers au niveau hépatique.

En plus de son action sur le métabolisme et la protection hépatique, elle joue un rôle fondamental dans la protection du muscle cardiaque en activant les enzymes antioxydants.

La taurine est aussi essentielle à la gestion du stress puisqu’elle intervient fortement dans la stabilisation et la protection des membranes neuronales d’une part, et elle participe aussi à la fixation du magnésium au sein de l’organisme d’autre part. Ce qui la rend essentielle lors des périodes de stress et de fatigue même en dehors d’une activité physique.

Ayant aussi un rôle important dans l’immunité (elle augmente la capacité antibactérienne des cellules), son utilisation lors des changements de saison, de fatigue et d’entraînement intense en fait un atout santé de poids.

La caféine quant à elle, est bien connue pour son action sur le métabolisme des lipides car elle stimule l’activation des lipases responsables du déstockage de ces derniers. C’est de plus un antifatigue car elle joue le rôle d’une molécule excitatrice en déclenchant les cascades moléculaires responsables du prolongement de l’éveil et de la vigilance. Ceci justifie son utilisation lors des périodes de fatigue, d’activité physique ou intellectuelle importante ainsi que lorsque la vigilance doit être maintenue (comme par exemple lors des examens ou les longs trajets en voiture !)

Rappelons qu’une tasse de café de 150ml contient en moyenne 80mg de caféine et qu’une trop forte consommation (qui reste spécifique à chaque individu), peut entraîner des troubles digestifs bas (diarrhées), une augmentation de la fréquence cardiaque, de la tension artérielle ainsi que des troubles du sommeil.

Bien plus qu’un simple « stimulant » lors des entraînements, l’association taurine et caféine mérite une utilisation bien plus polyvalente lors des périodes de fatigue, de maladie, de stress et de surcharge alimentaire ou alcoolique.

Je conclurai en rappelant tout de même que la meilleure façon de lutter contre la fatigue… c’est de se reposer !